Agenda

> Proposez un événement

NewsLetter


Cinémas :

Soif d'aventures, de grands espaces, d'ailleurs...

La Bib a ce qu'il vous faut !


Durant tout le mois de janvier 2017, évadez-vous avec des récits riches de rencontres, d'épreuves, de péripéties mouvementées... sur les mers, au Far west ou sur des terres inconnues...
L'aventure c'est d'abord l'exposition Le dernier des Mohicans adapté par Cromwell, accueillie simultanément au Théâtre et à la Bib, et ensuite le spectacle Bâtard proposé au Théâtre, inspiré de la nouvelle éponyme de Jack London.

Roman d'aventure(s)

Le roman d'aventure qui appartient au domaine de la littérature populaire a connu son âge d'or en Europe entre 1850 et 1950, en France et en Angleterre en particulier, au moment de l'établissement d'empires coloniaux, et aux États-Unis dans le contexte de la conquête de l'Ouest : il est marqué en effet par l'exploration du monde dit « sauvage », sa domination par l'Occident et sa transformation par la technologie moderne. L'exploration et l'occupation de nouvelles régions du monde trouvent leur écho dans le roman d'aventure.
De célèbres auteurs ont marqué l'histoire du genre comme Walter Scott, Alexandre Dumas père, Eugène Sue, Fenimore Cooper, Robert Louis Stevenson, Jules Verne, Jack London, Rudyard Kipling ou Joseph Conrad.
Ces explorations inspirent encore aujourd'hui tel Trois mille chevaux vapeur de l'écrivain français Antonin Varenne.
Riche en actions, le roman d'aventure se déroule très souvent dans des contrées géographiques exotiques, dans lequel le héros est plutôt masculin et jeune, et sous-tendu par une morale plutôt schématique qui divise les hommes en bons et méchants. S'adressant aussi bien à un public jeune qu'à un public adulte, le roman d'aventure prend la forme d'un roman d'apprentissage, d'un parcours initiatique.

Brève histoire du genre

Le roman américain naît au moment même où se forment les États-unis. Sa littérature est marquée par l'aventure de Christophe Colomb.
Dans la première moitié du 19e siècle, Edgard Allan Poe écrit son seul roman Aventures d'Arthur Gordon Pym, un roman d'aventures maritimes.
Fenimore Cooper participe lui aussi à cet esprit d'aventure auquel on doit la découverte du continent. Le dernier des Mohicans (version PDF disponible sur la Bibliothèque électronique du Québec) est l'un de ses romans les plus célèbres. D'aventure et historique à la fois, son roman est marqué par la naissance de la Nation américaine.
C'est en 1851 que paraît l'un des plus beaux romans de la littérature mondiale, Moby Dick de Herman Melville, l'histoire d'une baleine blanche traquée par le capitaine Achab, à la fois roman d'aventure et saga philosophique.
Matelot, le futur écrivain a fait le tour du monde dans des conditions atroces. Il devient célèbre en contant toutes ses aventures.
 
Au 19e siècle, la phase principale de l'épopée américaine est la conquête de l'Ouest. Une poignée de romanciers donnent la parole aux hors-la-loi et chercheurs d'or.
Le verbe haut et galéjeur de Mark Twain est celui dont on se souvient le mieux. Passant une enfance à parcourir l'Ouest, il devient illustre grâce à ses deux romans jumeaux Les Aventures de Tom Sawyer (1876) et Huckleberry Finn (1884) qui narrent les péripéties héroï-comiques de deux garnements dans l'Ouest de la légende.
Bret Harte est également un brillant romancier qui met en scène les belles des saloons et les cavaliers à gâchette facile.
Une littérature très populaire est née autour de héros comme Billy the Kid ou le personnage mythique du Far West, le cow-boy, dont les chevauchées fantastiques ont inspiré les westerns.


Un Ouest peuplé de soldats et d'Apaches, d'éclaireurs et de chasseurs, un monde foisonnant qui cherche sa place dans des paysages âpres et changeants qui sont autant de parcelles d'infini ou de sauvagerie, opposant le Bien et le Mal, les bons contre les méchants, ces œuvres font rêver dans le monde entier.
L'Ouest, le vrai, la collection de romans westerns d'Actes Sud, dirigée par Bertrand Tavernier, passionné du genre, fait découvrir au public français des trésors méconnus jusque-là.

La littérature anglaise avec Daniel Defoe et son Robinson Crusoé (1719), inspiré de l'aventure réelle d'un marin seul survivant d'un naufrage et échoué sur une île déserte, ouvre la voie aux récits de voyage et aux autobiographies. De nombreux romans ont été écrits sur le modèle de Robinson Crusoé : en France, Jules Verne et son Île mystérieuse (version PDF disponible sur la Bibliothèque électronique du Québec), plus récemment Michel Tournier et son Vendredi ou les limbes du Pacifique et Vendredi ou la vie sauvage.
Le développement du commerce sur les mers et les faits de pirateries ont inspiré des récits de pirates. Citons le fameux L'Ile au trésor de Robert Louis Stevenson.
 

ZOOM SUR

Le Dernier des Mohicans

Le Dernier des Mohicans est un roman historique américain de James Fenimore Cooper, publié pour la première fois en janvier 1826. Il est le deuxième des cinq ouvrages composant le cycle des Histoires de Bas-de-Cuir.
Le récit a pour théâtre l’Amérique du Nord, pendant la guerre de Sept Ans. Les affrontements entre Français et Anglais en forment la toile de fond. Cooper décrit notamment la bataille de Fort William Henry qui oppose, en juillet et août 1757, les troupes du général français Montcalm (et de ses alliés amérindiens) à celles du colonel britannique Monro.
Le Dernier des Mohicans médite avec nostalgie sur la disparition des Amérindiens, tout en annonçant la naissance des États-Unis. Il eut un énorme retentissement en Europe, dès sa publication, comme en avaient les romans contemporains de Walter Scott.

Départ pour le Grand Nord avec Jack London

Jack London est né en 1876 en Californie, alors que cet état de l’ouest américain, la terre des pionniers, devenait un état moderne.
Le jeune Jack passe une jeunesse aventureuse; il connaît le travail harassant auquel il échappe par le vagabondage, la délinquance et l’alcool ou le métier de marin. Sa passion des livres s’accompagne de celle de la mer, qui est une source d'inspiration (Le loup des mers).

De l'or fut découvert dans la région du Klondike dans le territoire canadien du Yukon à la fin du XIXe siècle et lorsque les nouvelles arrivèrent à San Francisco l'année suivante, elles entraînèrent une ruée qui attira environ 100 000 prospecteurs.
Le trajet à travers le terrain difficile et le climat froid avec de lourdes charges se révéla trop dur pour de nombreux prospecteurs et entre 30 000 et 40 000 arrivèrent sur place. Environ 4 000 trouvèrent de l'or. La ruée a été immortalisée en film avec La Ruée vers l'or de Charlie Chaplin.
Jack London avait tenté sa chance. Dans cette région, il trouva deux grands thèmes : la conduite des hommes et la beauté terrible de la nature.
Il trouve chez les chercheurs d'or, les trappeurs et les indiens une vraie source d'inspiration. La ruée vers l’or au Klondike en 1897 fit de lui le Kipling du froid.

Ses recueils de nouvelles (Le fils du loup, Les enfants du froid), ses romans (L'appel de la Forêt ou L’appel sauvage, Croc blanc, Radieuse aurore) sont le fruit de ses observations et de ses contacts avec les indiens, les prospecteurs et les trappeurs. Ses récits naturalistes sont souvent des fables cruelles. La force de London réside dans son observation des hommes et de la nature pendant la ruée vers l'or, en particulier quand il découvrit la culture des Indiens du Nord-Ouest américain. Ces romans explorent ces deux faces du monde que sont la nature et la civilisation, les liens et les contradictions entre l'une et l'autre.

La parenthèse : Nature writing

On quitte l'aventure mais on reste au milieu de paysages grandioses de plaines infinies, de montagnes sauvages, de lacs immenses et de canyons gigantesques. L'Ouest américain est un vaste territoire où la Nature se dévoile dans toute sa démesure.

Into the wild... Bienvenue au pays du nature writing

Il n'est pas étonnant que ce soit au coeur de ces terres brutes au climat rude, au fin fond d'un Montana lumineux, que se soient installés de nombreux écrivains amoureux fous de la nature. Leur but : écrire cette nature pour mieux la défendre.
C'est ainsi que naquit un genre littéraire à part entière : le Nature Writing, appelé plus communément l'Ecole du Montana (la ville de Missoula, petite bourgade coincée entre les Rocheuses, faisant figure de point de chute pour ces aventuriers littéraires épris de liberté). Parmi les figures de proue, citons Jim Harrison.

Ainsi, ces écrivains des grands espaces, passionnés de littérature et de nature, ne se lassent jamais de la décrire, de la célébrer, mêlant au lyrisme flamboyant la précision scientifique d'un observateur attentif. C'est la rencontre de l'homme et de la nature (tel un personnage à part entière) qui est ici consignée, livre après livre.
Le nature writing, véritable institution aux Etats-Unis, avec Thoreau, Abbey ou Bass, est mis à l'honneur en France avec les éditions Gallmeister, qui nous font découvrir cette littérature des grands espaces. Dans la même veine, vous pouvez également vous tourner vers les romans de la collection Terres d'Amérique chez Albin Michel, Fictives chez Bourgois, ou encore Gulliver chez Flammarion.
Dans les récits les plus emblématiques, l'auteur s'enfonce seul dans une nature hostile et grandiose et en ressort changé à jamais. Un parcours initiatique donc, mais pas seulement.

Que l’on regarde tomber la neige avec Pete Fromm, qui avec Indian creek, récit de sept mois passés aux confins de l’Idaho à veiller pour les Eaux et Forêts à un bassin d’œufs de saumons, signe un Walden des temps modernes, ou que l’on suive les traces de Rob Schultheis le long d’une marche dans le Colorado avec les Sortilèges de l’Ouest, véritable célébration de la démesure de l’Ouest, on découvre et savoure une littérature organique, ancrée dans un territoire, et qui fait de la nature même un sujet littéraire.

Et à chaque fois toujours la même question existentielle en toile de fond : « La vie trépidante que je mène, coupée de mon environnement naturel, me satisfait-elle ? Ai-je fait le bon choix ? D'ailleurs ai-je vraiment eu le choix ? ». La voix du Nature Writing n'a jamais résonné aussi fort qu'aujourd'hui, dans ce monde où la nature fait figure de dernier rempart contre le monde et ses folies.